ont rendu le monde un peu meilleur, plus positif et plus sage

Written by Tamme on février 21, 2021 in Franc-maçonnerie and Humilité and Personnalité and Réalité and Réflexions and Vie with no comments.

This post is also available in: Deutsch (Allemand) English (Anglais) Español (Espagnol)

Ce qu’un franc-maçon espère avoir accompli à la fin de sa , c’est d’avoir rendu un peu meilleur, plus positif et plus sage. C’est du moins ce que je déduirais des normes imposées à un maçon.

Non, cette demande n’est nulle part mentionnée dans ce formulaire. Surtout pas littéralement. Mais il peut être dérivé, à mon avis, des rituels, des symboles et des documents (nous appelons ces actes).

Mais comment faire ? Comment rendre le un peu meilleur et ? C’est une question qui, à mon avis, accompagne chaque franc-maçon tout au long de sa vie. Tous les francs-maçons, d’ailleurs.

Vous ne trouverez pas dans la de « Séminaires sur l’humanisation » ni d' »Instructions sur l’altruisme ». Ou tout autre type d’instructions élaborées et rigides. Mais en franc-maçonnerie, chacun trouve exactement ce dont il a besoin pour le moment. Exactement ce à quoi il est prêt pour le moment. C’est ce qui fait la particularité du travail avec les rituels et les symboles : Tous deux s’inscrivent dans le contexte actuel, très personnel, de chaque individu.

Et avec ce seul travail d’enseignement personnel, les symboles et les rituels individuellement efficaces, il appartient à chaque franc-maçon de travailler sur lui-même. Et sur le monde.

D’une part, cela peut signifier se concentrer entièrement sur soi-même. Et d’agir dans le monde par son propre exemple. Ou bien se concentrer sur sa , ses amis, et être la personne là où l’on veut être. Pour d’autres francs-maçons, cela peut signifier apporter leurs valeurs dans leur profession ou participer à des œuvres de bienfaisance.

Cependant, tous les maçons sont censés transmettre ce qu’ils ont appris, ce qu’ils ont vécu. Aux enfants, à nos amis et voisins, aux jeunes frères et sœurs. Non, pas en tant qu’enseignants ou même par l’arrogance d’une position élevée. Cela serait en contradiction avec l’une de nos plus importantes vertus, la modération et la modestie. Mais toujours avec une certaine . En illustrant ce que nous savons être important et juste. Et en acceptant une autre règle importante : la pierre de l’autre, sa , est sa pierre. Ce n’est pas à moi d’y travailler et d’essayer de le façonner comme je le voudrais. Chacun doit travailler sur sa propre pierre, sa propre personnalité. Il a toujours assez de travail à faire. C’est aussi et surtout vrai pour moi (et pour vous, bien sûr 😉

Cette revendication m’occupe quotidiennement depuis de nombreuses années. Et cela me conduit à mes limites encore et encore. Par exemple, quand je me surprends à essayer d’influencer quelqu’un. J’essaie de les changer. Ou chaque fois que je me rends compte que j’aurais pu mieux agir ou réagir. Que j’aurais aimé mieux agir ou réagir.

Et pourtant, malgré les revers, elle est là chaque jour : le désir, l’envie d’être la meilleure personne possible en ce moment et de rendre le monde un peu meilleur aujourd’hui aussi.

C’est ce qui me pousse à être et à rester franc-maçon.

Laisser un commentaire