Mon pourquoi

Written by Tamme on février 24, 2021 in Être un artiste and Franc-maçonnerie and Humilité and Personnalité and Philosophie and Réflexions and Spiritualité with no comments.

This post is also available in: Deutsch (Allemand) English (Anglais) Español (Espagnol)

Aujourd’hui, je veux rendre ce un peu plus personnel, un peu plus intime que d’habitude. Aujourd’hui, je veux écrire sur quelque chose de très important pour moi : le «  ». Le « pourquoi » de mes actions. Et je vais être honnête : j’ai du mal avec ce blog en ce moment. Le sujet est si personnel et si proche. Quoi qu’il en soit, commencez et nous verrons où nous allons….

En général, je crois fermement que l’évolution des autres ne me regarde pas. C’est une chose maçonnique tellement importante : la pierre brute du frère (la ) est sa pierre, il n’y a qu’à la travailler. J’ai ma propre pierre brute et mon travail consiste à travailler cette pierre et à continuer à la façonner. Donc, que les autres travaillent ou non sur eux-mêmes en tant que personnes dépend entièrement d’eux.

Cependant, si quelqu’un me demandait ce que je considère comme le plus important dans le travail sur soi en tant que personne, je lui dirais de chercher son « pourquoi ». Votre vrai « pourquoi ».

Par « vrai pourquoi », j’entends votre propre force motrice derrière vos actions. Non, pas la (matérielle) pour atteindre un objectif. Pouvoir s’offrir une nouvelle voiture, pouvoir voyager beaucoup, avoir une grande maison, je ne veux pas dire quand j’écris sur le « vrai pourquoi ». Mais votre force motrice très personnelle pour vos actions. Pourquoi aimez-vous votre métier de comptable ? Pourquoi voulez-vous travailler dans le domaine du marketing ? Pourquoi voulez-vous être pompier ? 😉 Si vous vous posez cette question sur le pourquoi et que vous filtrez les choses matérielles (le salaire, etc.), vous arrivez alors au « vrai pourquoi ».

Lorsque je me suis demandé pour la première fois pourquoi je suis un artiste ou pourquoi je veux être un artiste, j’en suis venu à la conclusion que je voulais rendre un peu meilleur. Aha, encore une chose qui améliore le monde. J’ai été satisfait de cette réponse, de ce « pourquoi » pendant un certain temps. Jusqu’à ce que je réalise que ce n’est pas mon « vrai pourquoi ». Améliorer le monde » est bien trop audacieux, bien trop superficiel, pour être la véritable raison de mon action. Alors à un moment donné, j’ai continué à me demander : pourquoi ? Pourquoi est-ce que je veux améliorer le monde ? Les autres ne sont-ils pas vraiment mes affaires ? Est-ce peut-être juste une question d’ ? Et si je veux améliorer le monde : qu’est-ce que cela signifie réellement ? Quand le monde sera-t-il meilleur ? Qu’est-ce qu’un monde meilleur pour moi ?

Cette nouvelle interrogation sur le « pourquoi » m’a ouvert les yeux et m’a fait comprendre que je ne voulais pas améliorer le monde dans son ensemble.

Mais que je suis devenu un artiste parce que je veux inspirer d’autres personnes avec mes photos. A quelque chose de très spécifique. Je crois que beaucoup de problèmes dans le monde, beaucoup de « traumatismes de la société » seraient résolus si plus de gens se permettaient leur propre . Si plus de gens se permettaient d’admettre qu’il existe une chose telle qu’un plus haut. Se laisser aller à la recherche de ses origines et de son sens. Se permettre de chercher et de développer sa propre spiritualité, sa propre spiritualité. Alors, j’en suis fermement convaincu, ce monde deviendrait à lui seul un endroit meilleur. Et c’est exactement la raison pour laquelle je veux inspirer d’autres personnes à chercher et à développer leur propre spiritualité. Pour grandir.

Bien sûr, quand j’ai réalisé cela pour moi-même, j’ai ajouté un « pourquoi » très important : pourquoi est-ce que je veux vraiment résoudre les problèmes du monde, les traumatismes de notre société ? Pourquoi est-ce que je me soucie des problèmes des autres, en particulier des problèmes des prochaines générations ? Mon « pourquoi » ci-dessus est-il valable ou est-ce une question d’ego ?

J’ai également trouvé une réponse à cette question du pourquoi, que je ne veux pas vous cacher. Cependant, je voudrais l’expliquer par un emprunt à la .

, du moins celle qui est reconnue par la Grande Loge Unie d’Angleterre (UGLE), commence dans ce que l’on appelle la loge bleue, la Loge de Saint-Jean. Cette loge de Saint-Jean est divisée en trois degrés. Cette loge bleue est essentiellement une question de morale et d’éthique. Sur la partie terrestre de notre être humain. Beaucoup de frères trouvent pour eux-mêmes que cette partie, cette partie du travail de l’être humain leur suffit. De nombreux frères constatent cependant qu’il manque quelque chose en plus de cette partie terrestre : la partie immatérielle. La partie qui est parfois décrite comme l’âme, parfois comme l’étincelle divine en nous. Et c’est sur cette partie, sur le développement de cette partie, que portent de nombreux systèmes dits de haut degré de la franc-maçonnerie. Là, aux aspects terrestres de la St. John’s Lodge (moralité et éthique) s’ajoute un autre, l’aspect spirituel/mystique de notre origine et de notre signification. La question de savoir ce qu’il reste de nous lorsqu’à un moment donné notre corps et notre cerveau (, émotions) se décomposent est importante dans les hauts degrés. Cela se résume, en substance, à la question suivante : qui ou quoi sommes-nous vraiment ?

Si l’on croit en une « vie après la mort », c’est-à-dire si l’on croit que les choses continuent pour nous après la mort, on doit se poser la question suivante :

Lorsque je suis mort et que mon corps (y compris le cerveau, les pensées et les sentiments) se décompose, que reste-t-il ? Que se passe-t-il ensuite ? Qu’est-ce qui existe au-delà de la mort ? Ce, ce quelque chose qui existe au-delà de la mort, ce doit être moi, n’est-ce pas ? Le vrai moi. Même si nous faisons une transformation dans la mort, c’est toujours NOUS qui continuons au-delà de la mort. Ce n’est pas quelqu’un d’autre qui poursuit notre chemin. Mais c’est nous. Ainsi, nous sommes, non : nous ne pouvons pas être seulement notre corps et notre esprit. Mais nous sommes, sous la prémisse que cela continue après la mort, en fait quelque chose d’autre. Quelque chose qui se situe au-delà du corps, de l’esprit et des émotions. Le vrai nous.

Et cette partie, notre vrai moi, a également besoin d’être développée – si vous voulez travailler sur vous-même en tant qu’être humain et grandir. C’est ce que font la plupart des systèmes de haut degré de la franc-maçonnerie – même si certains frères ne l’admettent pas eux-mêmes. Même les Francs-Maçons ne sont qu’humains à ce stade. De plus, de nombreux Francs-Maçons n’admettent pas leur propre spiritualité, même à l’époque post-lumière, ou se facilitent la tâche en déclarant que la philosophie est une sorte de religion de substitution. Je ne souhaite toutefois pas distribuer aucun de ces frères, même si je le dis assez durement ici. J’aime et j’apprécie chacun de ces frères – peu importe ce qu’ils pensent ou croient.

Mon « pourquoi », mon « vrai pourquoi » concerne cette chose que sont les diplômes supérieurs : le vrai moi. Je crois, sans vous écrire tout cela maintenant, que nous, vous et moi, sommes liés. Que l’étincelle divine qui est inhérente à chacun de nous est ce lien entre nous. Et c’est dans cette connexion spirituelle avec vous et tous les autres êtres humains que se cache la raison pour laquelle je veux inspirer d’autres personnes à découvrir et à développer leur spiritualité. Et aussi pourquoi je crois que le monde serait meilleur grâce à cela.

Voilà pour le strip-tease de l’âme et mon « pourquoi », mon « vrai pourquoi » 😉

Laisser un commentaire