L’art – une question d’ego ?

Written by Tamme on février 7, 2021 in Art and Être un artiste and Humilité and Réflexions with no comments.

This post is also available in: Deutsch (Allemand) English (Anglais) Español (Espagnol)

Hier reporté – non, mais « gardé en plus pour aujourd’hui » 😉

Il neige ici depuis des heures et c’est un dimanche merveilleusement confortable en ce moment.

Normalement, oui, j’écris mes pages du matin et donc mes blogs dès le matin. Aujourd’hui, dimanche, le rythme est un peu différent.

Non, pas parce que c’est différent par principe le week-end. Un « c’est le week-end, donc pas de lever tôt, de ne rien faire et d’être paresseux » n’est pas un must. D’accord, cela se fait par étapes. Comme ce matin. Mais pas par principe. Alors maintenant, il est déjà midi et il neige. Confortable. Un bon moment pour quelques réflexions reportées.

Je pense sans cesse à la raison pour laquelle je fais de l’. Et c’est j’expose et je vends ensuite les images qui sont créées dans le processus dans une . Quand j’ai pensé à un nouveau , au nouveau départ ici, des analogues me sont venues à l’esprit : pourquoi révéler mes pensées, mes émotions, mon intérieur et le mettre en valeur ? Pour gagner des visiteurs et des sympathisants ? Donc, juste pour satisfaire un besoin de base de mon ego ? Pour être aimé ? Appartenir ? Pour devenir célèbre (et peut-être même riche) ?

J’avais l’habitude de balayer ces pensées sur la table. Je me suis convaincu que je montrais mes photos aux autres parce que c’était un besoin intérieur. Aujourd’hui, je rejette de telles déclarations comme étant des discours artistiques vides de sens. J’achète toujours « Je fais de l’art parce que c’est un besoin intérieur pour moi ». Mais « faire de l’art » ne signifie pas « montrer l’art aux autres » ni même « imposer l’art aux autres » (en « alimentant » tous les forums et avec de l’art). Et « faire de l’art » ne signifie pas non plus « vendre de l’art ». Et c’est exactement ce que « montrer l’art aux autres » et « vendre l’art » sont les mots que beaucoup d’ utilisent pour parler de « faire de l’art ».

Et là, je me demande si l’artiste qui dit qu’elle « fait de l’art parce que c’est un besoin intérieur » signifie vraiment qu’elle « montre et vend de l’art parce que c’est un besoin intérieur ».

Qu’est-ce que cela signifie lorsque quelqu’un montre son art aux autres par besoin intérieur (aussi pour le vendre) ? Ne s’agit-il pas d’une question de pur ego ? Montrer que l’art est à sa place ? Pour obtenir des faveurs (même si c’est sous forme d’argent) ? A propos de l’influence sur les autres, de l’influence sur eux et sur votre pensée et vos sentiments à travers l’art ? Et puis, être conscient de cette chose ? Fidèle à la devise « MON art plaît aux autres, il les influence et les change, ainsi que leurs pensées et leurs sentiments ».

À mon avis, c’est une question d’ego.

Et il n’y a rien de mal à cela.

La seule honte que je trouve est lorsque quelqu’un dépeint héroïquement cet égocentrisme en le cachant derrière une « pulsion intérieure de l’artiste ».

C’est ce qui m’occupe avec mes propres peintures : pourquoi je ne fais pas seulement les peintures, mais pourquoi elles sont accrochées dans une galerie, pourquoi je publie de plus en plus sur les médias sociaux et pourquoi je recommence à bloguer ?

S’agit-il aussi d’une sorte d’égocentrisme pour moi ? Il y avait toujours un peu d’appréhension. Je sais, ou plutôt je suis fermement convaincu, que je dois surmonter cet ego si je veux devenir qui je suis.

Avec toutes ces nombreuses pensées et surtout ces nombreux doutes, je revenais toujours à une chose : Joseph Beuys n’a probablement pas vraiment compris. Et l’idée qu’il se fait d’un artiste en tant que chaman qui montre au monde ses traumatismes et qui montre au monde, aux gens, à la société les choses qui lui restent cachées n’est certainement pas facile à saisir.

Néanmoins, cette image de soi d’un chaman qui sert de médiateur entre les mondes, entre ce monde et l’au-delà, est ce à quoi je revenais sans cesse dans mes réflexions. Non, en fait, je montre moins mon art parce que mon ego l’exige de moi. Mais plutôt parce qu’elle fait partie de mon identité. Une partie comparable à celle du chaman de l’image de soi de Joseph Beuys.

Pour montrer au monde ses traumatismes. Pour nous montrer en tant que société nos conflits et permettre la guérison par ce «  » modifié. C’est la raison pour laquelle j’expose mon art, le vend et écrit ce blog. Et oui : « Nous » en tant que société, parce qu’en tant qu’artiste, je fais toujours partie de cette société. Tout comme le chaman est une partie du monde, à laquelle il apporte ses traumatismes et à laquelle il communique l’au-delà. Le chaman se guérit toujours un peu lui-même quand il guérit le monde. Tout comme chaque artiste se guérit toujours dans une certaine mesure, si la guérison fait partie de l’image qu’il a de lui-même en tant qu’artiste – ou chaman.

Ce n’est certainement pas le seul blog où je vais -répétitivement- traiter de cette partie de mes pensées et de mes émotions, de cette partie de mon identité.

Et probablement l’un des nombreux blogs, qui ne sera pas facilement compréhensible pour tout le monde 😉

Laisser un commentaire